vendredi 16 mai 2008

La maison de Caroline

La chanson du feu dans la cheminée
Dans la vieille cheminée noire, le feu a brusquement jailli.
Court, léger sous la bouilloire, et lèche les vieux sarments gris.
Près des chenets qui étincellent, tour à tour, orange ou bleue.
La flamme monte, toujours plus belle et se transforme en un beau feu.
Joyeux, les noirs tisons crépitent, craquant dans l'âtre illuminé.
Et les ombres qui dansent, quittent les flammes où elles sont nées.
Vieille cheminée si aimable, j'aime ton feu, si gai, si clair.
Vieille cheminée si aimable ma bonne amie des soirs d'hiver.

Les Pompiers : composez le 18
La maison de caroline, images et texte de Pierre Probst, album édité en 1956 chez Hachette Jeunesse

2 commentaires:

lutine a dit…

trop sympa mais c'est un petit bouquin totalement vintage ;))
quelle petite merveille ,bizouilles ma jojo ;))

jojo-caramel a dit…

Oh oui ma Lutine ! c'est du pur, du dur, du vrai Cinquante-deux ans d'âge ça... Bizouilles :)))